“Intérieurs”, sentir la vie en s’intéressant à ce qui n’est pas immédiat à la vue.

Au-delà des évidences du regard, des vérités auxquelles on accorde pas attention, et que la photographie réveille.